SOCIÉTÉ À STRASBOURG, LA RÉGULATION DES RATS DEVIENT UNE QUESTION PIÈGE

Le 3 mars 2021

Parce qu’elle s’attaque à la politique de la municipalité en matière de gestion des rats, Rebecca Breitman a pris une volée de bois vert. Capture d’écran

« Les rats rois des poubelles dans un immeuble du Neudorf », titraient les DNA mercredi dernier. Cet article qui faisait état d’un immeuble « colonisé » par les rongeurs a fait réagir Rebecca Breitman, conseillère municipale (MoDem) de Strasbourg qui était déjà intervenue sur le sujet lors d’un débat en conseil municipal en septembre dernier. Faut-il éradiquer les rats ou organiser la cohabitation avec les humains ? La question avait agité l’hémicycle avec en particulier l’apparition des termes d’« animaux liminaires ».

Une « mission d’information et d’évaluation pour la gestion du rat en ville et des animaux liminaires dans l’habitat » avait d’ailleurs été installée à ce moment-là « pour six mois » par la Ville de Strasbourg.

Vendredi dernier, Rebecca Breitman s’en est prise une nouvelle fois à la politique prônée par la majorité au sujet des animaux nuisibles, que la mairie ne souhaite plus qualifier par ce terme. Dans un tweet publié le 26 février, elle écrit qu’à Strasbourg, « EELV remplace nuisibles par liminaires pour “changer notre regard” sur les rats et punaises de lit… Changer les mots ne permet pas de changer les maux ! Le bien-être et les conditions sanitaires des habitants doivent être notre priorité ».

342 000 vues de la vidéo tweetée

La conseillère municipale a profité de son tweet pour republier le débat du conseil municipal de Strasbourg, en date du 21 septembre 2020. On y voit Marie-Françoise Hamard, la conseillère municipale déléguée aux animaux dans la ville, plaider pour une régulation douce, qui pourrait « assurer une gestion pérenne et efficace des animaux ».

LA VIDEO DU CONSEIL MUNICIPAL

342 000 vues de la vidéo tweetée (lundi après-midi, NDLR), 237 commentaires, 601 partages, 750 réactions… Tout cela en trois jours… Rebecca Breitman se dit elle-même étonnée par le buzz et par « la violence des propos » à son endroit.

« On m’accuse d’alimenter la “fachosphère”, on compare le MoDem à l’extrême droite… Si je me suis engagée en politique en 2016, c’est bien contre tout cela » La jeune femme est devenue en juin 2017 attachée parlementaire de Sylvain Waserman, député du Bas-Rhin et vice-président de l’Assemblée nationale.

« Ce que j’ai écrit n’est ni injurieux, ni irrespectueux », se défend-elle. Rebecca Breitman, dont c’est le premier mandat municipal, regrette qu’aucune réponse de fond ne soit apportée par ses détracteurs.

« Posons-nous les bonnes questions, disait-elle déjà en septembre dernier au conseil municipal de Strasbourg. Quelle est la priorité ? J’aimerais qu’on se reconcentre sur les vraies priorités : celles des gens qui vivent dans des situations insalubres. »

Un montage d’extraits

La vidéo publiée par Rebecca Breitman n’est pas une traduction continue et in extenso des échanges en conseil municipal, mais un montage d’extraits. « Les propos de mes collègues élues Marie-Françoise Hamard et Caroline Zorn, sont certes authentiques, mais ont été tronqués, remarque Anne-Marie Jean. Le montage ainsi fait modifie totalement le sens de ce qu’elles ont exprimé et n’est donc pas sincère. Seuls font foi les propos complets prononcés en séance, disponibles sur le site de la Ville. » Le groupe Strasbourg écologiste et citoyenne a adressé un courrier en ce sens ce lundi à Rebecca Breitman.

Source: https://www.dna.fr/politique/2021/03/01/a-strasbourg-la-regulation-des-rats-devient-une-question-piege

EN CAS DE DOUTES ET POUR PLUS DE RENSEIGNEMENTS, N’HÉSITEZ PAS À NOUS CONTACTER